Contacter les journalistes par email : attention à ces erreurs fatales !

Entrepreneurs ? Téléchargez 3 documents inédits et 100% gratuits pour faire le BUZZ dans les médias ! Cliquez ici pour voir !

Aujourd’hui, je voulais parler d’un problème assez fréquent dans les relations presse. En fait, si vous faîtes les erreurs suivantes, vous multipliez par 10 vos chances de voir votre communiqué finir à la poubelle sans avoir été lu.

Quand je vais vous le dire, cela va vous paraître évident… et pourtant, j’ai reçu et mes confrères continuent de recevoir des dizaines de mails contenant ces erreurs incroyables.

Mais j’y viens dans une seconde.

Vous souhaitez donc contacter les journalistes. Très bien : vous avez rédigé un communiqué de presse, bien mis en valeur par une création graphique sobre et efficace. Vous avez également un dossier de presse complet, présentant dans le détail votre activité : toutes les conditions sont réunies pour faire de cette opération de communication un succès… Pourtant…

Vous avez décidé de contacter les journalistes par email : gain de temps, efficacité, économie de papier, d’encre, de timbres, écologie, toutes les raisons sont bonnes à être invoquées. Sauf qu’un communiqué de presse envoyé par email est, en moyenne, 3 fois moins lu qu’un communiqué arrivant par la poste.

Pourquoi ? Pour plusieurs raisons.

– La première : vous pouvez tomber dans les spams.

Malheureusement, ça arrive. Pour peux que votre adresse mail soit du genre « votre-nom@votre-entreprise.com« , il est fort possible que le nom de domaine ne soit pas reconnu par le serveur du journaliste, et qu’il arrive dans les courriers indésirables. Et croyez moi, les journalistes ont autre chose à faire que de surveiller leur dossier « spam » à longueur de journée, au cas où un communiqué intéressant serait tombé dedans.

– La seconde : l’objet n’est pas accrocheur.

En version papier, vous avez une page pour convaincre le journaliste. Ou, tout du moins, vous avez le visuel, le titre, les intertitres, et la disposition des paragraphes, pour donner envie aux journalistes de vous lire.

Sur internet, oubliez tout ça : seul l’objet compte. S’il n’est pas accrocheur, s’il fait trop commercial, pas assez informatif, trop décalé, trop énigmatique, trop tout ce que vous voulez : l’email ne sera pas ouvert. Vous n’imaginez pas le nombre d’emails non-lus que j’avais dans ma boîte de réception. Pour être lu, votre objet doit être accrocheur et respecter un certain nombre de règles. J’y reviendrai dans un prochain article.

– La troisième : trop de pièces-jointes tuent la pièce-jointe.

Miracle : les journalistes ont ouvert votre email contenant le communiqué. Sauf que, décidémment, vous semez le parcours d’embûche : le corps du mail est pratiquement vide, et votre communiqué se trouve en pièce jointe.

Le journaliste doit encore fournir un effort : cliquer sur votre pièce jointe. Pour peu qu’elle soit protégée par son anti-virus, c’est galère garantie. Ou si en plus, son lecteur PDF n’est pas à jour, et qu’il doit d’abord faire une mise à jour d’Acrobat Reader pour vous lire : c’est foutu, il va zapper votre communiqué et passer à autre chose.

Simplifiez leur la tâche !

Je vous le disais en formule choc dans un article précédent, pour que vous le reteniez bien : les journalistes sont des flemmards ! Vous devez leur mâcher le travail si vous voulez obtenir des résultats !

Alors attention, s’il y a des avantages à communiquer avec la presse via les emails, il y a aussi un sacré paquet d’inconvénients. Soyez le plus direct possible, évitez de donner trop d’actions à faire aux journalistes pour arriver sur votre communiqué, sinon il ne vous lira jamais et vous ferez parti de ceux qui finissent à la poubelle.

Dans un prochain article, on verra les spécificités d’un email de presse réussi !

A bientôt 🙂

Jérémy.

Entrepreneurs ? Téléchargez 3 documents inédits et 100% gratuits pour faire le BUZZ dans les médias ! Cliquez ici pour voir !