Contacter les médias ? 3 conseils de base avant d’aller plus loin !



J’imagine bien dans quel état d’esprit vous pouvez être en débarquant sur ce blog. Vous vous dites que oui, ça serait plutôt une bonne idée de médiatiser votre activité. Vous avez bien compris que les médias représentent un levier puissant, qu’il est nécessaire d’utiliser pour accroître sa notoriété, son autorité, et, par extension, sa clientèle.

Mais vous vous retrouvez confronté à un problème : comment fait-on, concrètement, pour contacter les journalistes ? 

Je vais vous le dire : il n’y a pas une, mais des dizaines de façons de contacter les médias. Personnellement, j’utilise toujours la même méthode, parce qu’elle fonctionne pour moi, et qu’elle donne des résultats aux gens qui me demandent de l’aide.

Pourtant, quand j’étais journaliste, les gens qui me contactaient utilisaient tous (ou presque) des techniques différentes : de la manière de présenter le communiqué ou le dossier de presse, à la façon de gérer les relances téléphoniques… cela ne les a pas empêché, pour certains, d’obtenir un reportage de ma part.

Il y a des règles à respecter pour attirer l’attention des médias. Certaines peuvent être plus facilement transgressées que d’autres, mais il y en a une essentielle et indispensable :  il faut faire preuve de bon sens dans la manière de présenter les choses aux journalistes.

Cela peut sembler évident, mais je préfère m’assurer que tout le monde a les bases. Voici donc ce qu’il me semble utile de préciser aujourd’hui :

- Mâchez le travail des journalistes !

Ils doivent saisir immédiatement l’idée principale de votre communiqué ou de votre dossier de presse. Votre entreprise, votre projet, votre événement doit pouvoir se résumer en une seule phrase : celle que les journalistes liront en premier. C’est cette phrase qui déterminera s’ils vous recontactent ensuite ou non. Soignez la !

- N’en mettez pas des tonnes !

Un dossier de presse n’est JAMAIS lu dans son intégralité. Ou alors, il faut vraiment que le journaliste s’ennuie profondément (ce qui est rarement le cas). Faites court, concis : allez à l’essentiel. Plus votre dossier est long, moins le journaliste va avoir envie de se plonger dedans. Et si vous ne lui donnez pas envie, c’est perdu d’avance.

- Ne les harcelez pas de coups de téléphone !

Il n’y a rien de plus énervant que de recevoir tous les jours un appel de la même personne, qui vous demande où en est votre article. C’est insupportable ! Quand ça m’arrive, je n’ai qu’une envie : jeter leur communiqué à la poubelle et l’envoyer promener ! Laissez les journalistes faire leur métier normalement, sans leur mettre la pression. Si vous, de votre côté, vous avez bien fait les choses, vous avez un dossier de presse qui tient la route, qui se démarque du lot : alors pas de panique, vous obtiendrez votre article (d’ailleurs, à ce sujet, c’est à vous de guetter sa parution, pas au journaliste de vous prévenir).

 

Je viens d’énumérer là les conseils de base pour réussir ses relations presse. Si vous ne les connaissiez pas encore, vous voilà paré pour aborder les rédactions. Si vous les connaissiez déjà, une petite piqûre de rappel ne peut pas faire de mal.

A vous de jouer !

Leave a comment

C »est quoi, ce blog ?

Journaliste pour plusieurs chaînes de télévision, j'ai décidé de passer de l'autre côté de la barrière.
Désormais, j'aide les entrepreneurs à médiatiser leur activité et attirer l'attention des journalistes sur leurs projets.

On se retrouve sur Facebook :